AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il n'y a de retour sans départ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Cole
Caïd Nosferatu Égocentrique
Cole

Messages : 135
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Il n'y a de retour sans départ...   Lun 2 Aoû - 19:47

Je vais le faire bientôt, j'attend de finir mon RP pour voir ce qui va en sortir. J'ai une petite idée à terminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole
Caïd Nosferatu Égocentrique
Cole

Messages : 135
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Il n'y a de retour sans départ...   Mer 11 Aoû - 13:10

Le départ : Nicholai sentit la pression que faisait l'Inquisition contre les mutants. C'est pourquoi dans un dernier vent de plaisir, il transféra son argent dans un compte en Suisse. Quitter en beauté était son seul désir, c'est pourquoi il kidnappa deux membres de l'inquisition. L'un d'entre-eux appris à voler au travers de sa baie vitré. L'autre fut torturé et laisser libre par la suite, un bras en moins... La guerre était déclarée dans les rues.

L'être nocturne donna comme ordre à sa bande de mutant aussi drogué que psychologiquement instable d'aller dans les rues pour semer le chaos et de s'attaquer à tout les humains et les protecteurs des humains. L'heure était à deux choses, l'heure du sang, et de la diversion. Profitant de ce carnage, Cole prie la fuite par le port et disparue Chaos-City.

Les années de découvertes :

Je me dépêchai de sortir du bateau. Ma destination? Prague. Une ville où les gens qui désirent se fait oublier le peuvent. Les semaines s'enchaînèrent. Je ne voyais plus le temps passer. Je vivais maintenant tel une ombre. Avais-je été trop pressé pour avoir prie le temps de transférer mon argent jusqu'en Europe?! Sûrement pas. Le simple fait de penser à mon argent continuant encore et encore d'augmenter dans mon compte en banque me mettait l'eau à la bouche. Ou plutôt, le sang.... C'est en me promenant dans les rues et en dormant dans les parcs et les ruelles que j'appris ce que mes clients ressentaient... Pourtant... Peut-être avais-je perdu mon coeur, peut-être n'en ai-je jamais eux... Cela ne faisait qu'accroître mon esprit machiavélique.
J'avais maintenant qu'une seule et unique volonté. La survie. Ce monde était cruel et dur. Comment avais-je pu me couler la vie douce tout ce temps et ne jamais ressentir le besoin de voyager dans ce monde de torture et de souffrance?! Rien de mieux que de voir des âmes désespérées se droguer et se saouler avec pour seul but oublier leurs problèmes et leur vie de misère. Le temps du commerce était de retour.


- Nicholai Cole, Journal de bord, Septembre 2020 -


J'ai recommencé mon commerce. La drogue est très profitable. Très lucratif comme domaine. Il y a longtemps que je n'y avais pas mis les pieds. Ce qui fait de moi un excellent vendeur est le fait que je ne consomme pas ce que je vend. Je ne suis pas tenter par cette manière d'altérer mes perceptions, je préfère continuer d'observer et d'innover. J'ai mélanger quelques produit pharmaceutique avec des drogues existante. L'effet s'en voie décuplé. J'ai dû être chimiste dans une autre vie. Peut importe. L'argent coule à flot, comme ce l'était avant. Mais déjà, je recommence à être las de cette vie. Je vais continuer encore un moment. Avec la drogue vient la prostitution, et j'adore ce marché plus que tout autre....

- Nicholair Cole, Journal de bord, Février 2020 -

La prostitution m'a emmener dans cette institution française... Des Français à Prague?! Étonnant. Pourtant, j'ai désiré m'y aventurer. Les gens y était sympathique. Ils me croyaient tous comme eux... Gothique... Pourtant, c'est ma couleur traditionnel. J'ai eu de la misère à m'habituer. J'ai rencontrer cette demoiselle... Lilith que les autres l'appelles... Elle aussi a les yeux rouges... Pourtant, elle n'a pas besoin de sang comme moi. Elle dit que c'est suite à des pratique fait par ses amis et elle qu'elle a prie ce nom là. Forte étrange comme demoiselle... Mais elle pourrait rapporter gros. Selon elle, les gens qui ne sont pas comme les autres doivent tenter d'entrer en contact avec des instances supérieurs... Je trouve ça extrêmement louche...

Elle m'a proposer d'accroître mon marcher en France, car elle y retourne. Si je veux l'amener sous mon joug, je dois la suivre et la convaincre. Ensuite, elle pourra m'aider encore plus... Encore une fois... je vais me déplacer, mais cette fois-ci, je ne laisserai aucun bien ici... J'ai tout transféré dans mon compte en banque qui se situe au Canada... Je repars de nouveau à 0, et comme toujours, je repars sans laisser de trace, sauf un sinueux trajets de carnage et de désespoir.


- Nicholai Cole, Journal de Bord, Septembre 2021 -


Vetis : Il arriva en France. Son chemin ne fut pas dure. Il ne fit que suivre cette bande de gothique. Tentant d'en prendre le contrôle et de les transformer en esclaves... Cela ne semblait pas dure à faire. Pourtant, il avait encore une fois eu les yeux plus gros que la panse.
Lentement il descendait dans un monde de déchéance et d'orgies... Cela ne l'effrayait pas. Il était par contre troubler par le fait qu'on le nommait Vetis... et non Cole. Il reprenait toujours ses interlocuteurs. Étrangement, ceux-ci continuait de l'appeler ainsi. 3 ans plus tard, ceux-ci continuait. Il était le seul de cette bande à ne pas porter les couleurs du groupe. Cole était un excentrique, il ne prendrait jamais les couleurs d'une bande de gothiques drogués et rongés à l'os.
Rapidement il comprit pourquoi la demoiselle avait prie le nom de Lilith et pourquoi lui était nommé Vetis... Mais ce fut contre son gré...

Il se réveilla, là, attaché sur un autel en marbre au milieu d'une bande de personne encapuchonné dans des toges noirs. Il ne reconnaissait pas l'endroit, simplement la voix de la femme qui parlait au reste de la populace présente. Il semblait qu'elle savoue mutante et que comme elle, il finirait possédé par une instance supérieur.
Cole ne prit rien de cela au sérieux, jusqu'à ce qu'elle tente de lui ouvrir le corps au niveau de l'abdomen. C'est à ce moment précis qu'il comprit dans quelle embarras il s'était mis.
Les chants fusaient, les prièrent persistaient. Encore et toujours, le nom de Vetis, démon de la corruption se faisait entendre. Quand enfin, elle réussit à lui ouvrir le torse, les torches furent soufflées. La température baissa et le silence se fit sentir. Il semblait qu'une entité montait sur l'autel à une vitesse des plus lentes. Nicholai entendit les pas de la demoiselle qui partait. Il entendit des cries d'horreurs et un liquide visqueux tomba sur son visage. Du sang... Le temps semblait interminable. Enfin, un souffle chaud se fit sentir sur son oreille. Un chuchotement qui semblait plus provenir de l'intérieur de sa tête le troubla...

"Tu seras mon hôtes..."

Voilà une phrase qu'il n'oublira jamais. Il se sentit se vider puis se remplir. Son corps le brûlait de l'intérieur, portant, il avait froid. La souffrance était bien trop forte pour émettre le moindre son. Enfin, des néons s'allumèrent. La première ranger de siège était vide. Lilith était perché sur un siège plus haut.
Cole regarda au plafond. Des corps, tous accrochés à un luminaire. Cole se tassa et tituba. Un homme tenta de l'aider. Le stryge le prie par la gorge et le leva du sol. Des voix résonnait dans sa tête. Puis, tout devint noir.

La fuite : Cole ouvrit enfin les yeux. Tel fut Francesco de Pazzi, la demoiselle répondant du nom de Lilith se balançait de droite à gauche, ses intestins formant une corde à son sublime cou. Partout autour, la vie avait disparu. Le vampire dût prendre un temps pour songer à ce qui avait bien pu arriver. Il comprit rapidement qu'il avait fait tout cela, voyant le sang commençant à sécher sur ses mains et celui incrusté sous ses ongles. La tête lui tournait. Il ne se sentait pas pour le moins du monde à l'aise. Rapidement, il se dirigea vers l'extérieur de la pièce. Le chemin dans les entrailles de l'antre du groupe n'était pas très difficile, et malgré un fort mal de tête, il retrouva le chemin de son appartement, y prie son manteau, son chapeau et partie, ne prenant pas le temps de se nettoyer.
Il devait quitter cet endroit.

Tel il fit. N'y repensant pas deux fois. Quand enfin il rejoignit les égouts de Paris, il les suivit pour arriver au Port. Son excursion en terre Française se terminait ici. Nicholai grimpa à l'intérieur du premier bateau marchant qu'il vit et se cacha dans la cale, où il sombra dans un profond sommeil. Ne se réveillant qu'au terminus.

Le retour :

Je n'arrive même pas à savoir où j'en suis rendu. Je l'entends toujours dans ma tête, me murmurer des insanités. C'est à en devenir fou. Ce sommeil... Jamais je n'ai dormi aussi longtemps, c'est à en croire que j'ai été drogué... Bon sens... Et les cauchemar que j'ai vu dans cet état... J'espère qu'ils ne se répéteront pas.
Je sors enfin de la cale de ce vieux rafiot tout pourrit. L'odeur en est immonde...
Je viens de comprendre pourquoi... à mes côtés sont adosser plusieurs marins... blêmes comme je le suis, mais sans vie... J'ai sûrement dû me nourrir durant mon sommeil... Assez étrange comme sensation de réaliser que nous avons fait des trucs sans savoir quand... Je me sens légèrement comme le Dr. Jekyll.
Je sors enfin. Le soleil me brûle les yeux... Cela fait bien trop longtemps que je n'ai pas vu celui-ci, pourtant, il se montre réconfortant à mon égare. Je ne sais toujours pas pendant combien de temps j'ai dormi... Ce serait à savoir... Mais au moins, par le paysage, je suis capable de dire que je me trouve dans les tropiques... Un coin charmant...

- Nicholai Cole, Journal de Bord, date inconnu -

3ans! 3 ans mon cher lecteur inconnu... 3 ans que je parcoure le monde sans m'en rendre compte... comprenez-vous? C'est normal que je me sente désorienté... Je n'ai pas vu personne depuis 3 ans... Je n'ai pas respiré d'air frais depuis ce temps... Je vais rattraper le temps perdu... J'espère que le monde est prêt à revoir mon arrivée, car moi je suis prêt à l'accueillir. Il m'aime et je l'aime. Si je lui souris, il me sourira. S'en est une promesse...

- Nicholai Cole, Journal de Bord, Mai 2027 -

Que faire en cet endroit loin de ce que je me rappelle... Les gens ici ne fonctionnent pas comme je fonctionnais en Europe... À mon grand désarroie. Que faire... Que faire... Je n'aime pas l'endroit. Les gens y sont beaucoup moins civilisés que moi... Je ne puis m'habituer à ce mode de vie qui ne fait que faire régrésser mon talent de diplomate. Je suis d'une caste plus haute... Le temps y est peut-être toujours beau... Mais pas pour moi... J'entend encore cette voix dans ma tête cher lecteur... Je ne comprend toujours pas pourquoi...
Cela fait maintenant 1 ans que je cherche ce que ce pourrait bien être... mais je ne trouve pas... Peut-être que si je revien sur mes pas, que je retrouve mes origines... je trouverai...

- Nicholai Cole, Journal de Bord, Mai 2028 -


C'est alors que Cole revint vers l'endroit qui l'avait hisser au pouvoir pour la première fois. Une année... Ce fut le prix à payer pour comprendre ce qui l'assaillait... et pourtant... il ne trouve pas la solution... Quand enfin il arriva sur la route principale. Un sourire se marqua sur son visage... Rien n'avait changé ou presque... Papa... .était... de... Retour....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole
Caïd Nosferatu Égocentrique
Cole

Messages : 135
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Il n'y a de retour sans départ...   Sam 23 Oct - 2:06

Et voilà... Done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il n'y a de retour sans départ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n'y a de retour sans départ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Enquête Sans Retour
» Retour du magazine Casus Belli
» question sans reponse sur sirocco
» [BLOG] BIONICLE DESTINÉE, le retour
» Main sans valeur et fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville du Chaos :: |Avant-Rp| :: Grimoire :: Journal-
Sauter vers: